La ségrégation au cœur de la colonisation française

La lecture du très riche ouvrage de Sylvie Laurent « Pauvre petit Blanc » sur la formation de la nation étatsunienne m’a inspiré ce texte sur la colonisation française en Algérie (« Pauvre petit Blanc » voir  ==> ICI).

De nombreux points communs se dégagent entre les systèmes américain et français. Notamment sur le fait que la France avait mis la race, au cœur de son projet colonial [1]. Et ce, tout spécialement en Algérie qui a été une colonie de peuplement [2].

La ségrégation au cœur de la colonisation française dans l’Algérie colonisée

Une colonie où tous les nouveaux arrivants d’Europe bénéficiaient de la citoyenneté française pleine et entière. Ils étaient, de droit, des « citoyens français ». Tandis que les habitants originaires, qui comptaient pour 9/10ème de la population, avaient le statut de « sujets français ». Un statut aux droits réduits. Et à la liberté de circuler soumise à autorisation. Les « sujets français » composaient la majorité de la population que l’administration française appelait « Musulmans » [3] pour ne pas à avoir à les appeler « Algériens ». Ce qui aurait eu une connotation nationale, voire nationaliste [4].

Une solution d’apartheid institutionnalisée

Les relations entre Européens et « Musulmans » ont été d’emblée établies sur le mode de la domination, adossée à une inégalité dans les droits qui avait de multiples prolongements. Notamment les spoliations massives de terres qui ont joué un rôle déterminant dans le processus de contrôle du territoire en repoussant les populations indigènes dans les zones les moins fertiles. Qui ont été également un élément-clé dans l’organisation d’un système de captation de richesse par les colons. (Voir sur ce point le remarquable ouvrage de Jean-Claude Vatin : L’Algérie politique. Histoire et société   ==> ICI).

« L’Assemblée algérienne »

De toutes les dispositions légales qui sanctionnaient l’infériorité des habitants d’origine, nous faisons un focus sur l’Assemblée algérienne, instituée en 1947 par les autorités coloniales françaises. Cette assemblée de 120 membres répartissait les délégués en deux collèges. L’un, de 60 délégués, représentait le million de citoyens français de race blanche (les « Européens »). L’autre, également de 60 délégués, représentait les 9 millions de sujets français (les « Musulmans ») et les quelques citoyens français « musulmans ». La coupure entre les collèges était ainsi fondée sur l’origine ! Et inscrivait l’inégalité dans le Droit puisque le million de Français disposait d’autant de députés que les neuf millions de « Musulmans » (Sur l’Assemblée algérienne, voir ==> ICI)

La ségrégation au cœur de la colonisation française - Le Gouvernement Général (GG)
Le Gouvernement Général, cœur de l’Administration coloniale à Alger

La logique raciale était poussée à son extrême

Même les rares algériens qui avaient acquis la nationalité française siégeaient dans le Second collège car ils n’avaient de chances d’être élus que dans une circonscription composée majoritairement de « Musulmans » [5]. La fracture au sein de la société algérienne séparait ainsi ceux qui étaient citoyens français de droit, par leur origine (les Français venus de France, les Européens du Sud de l’Europe, et les Juifs d’Algérie à partir de 1870). Et ceux qui, même s’ils étaient devenus « citoyen français », restaient relégués avec la masse des « sujets français ».

Une domination qui s’infiltrait dans tous les replis de la société, comme une évidence tranquille

Ainsi, le dispositif d’ensemble des lois, dans sa discrimination instituée, créait un environnement matériel, symbolique et psychique profondément inégalitaire.

La domination s’inscrivait à tous les instants de la vie des gens, comme une évidence. Evidence que venaient troubler des insurrections périodiques qui ont ponctué toute la période coloniale [6]. Minoritaires dans la population, les Français d’Algérie vivaient dans un sourd sentiment de peur.

La ségrégation au cœur de la colonisation française - Port d'Alger
Le port d’Alger

Domination dans la vie matérielle. Avec par exemple les subventions sur le budget de la France de produits importés en Algérie pour en diminuer le prix. Des produits disponibles dans les centres urbains où les Français vivaient en majorité. Discrimination dans l’accès à l’éducation [7]. Dans l’accès à la terre, le plus souvent allouée gratuitement aux riches colons après leur spoliation des populations locales.

L’humiliation

Cet esprit de domination permanente, confortée par l’inégalité juridique, vient de loin. La conquête de l’Algérie en 1830 avait été menée par des généraux français qui se glorifiaient de la violence avec laquelle ils avaient soumis les populations. Massacres à large échelle, destructions de villages par centaines, incendies des récoltes et abattages des oliviers… Autant de titres de gloire ! Il y a eu une profonde jouissance à humilier la population.

Le fil de cette humiliation a couru tout au long des 130 ans de colonisation

Largement partagé dans la population des Français d’Algérie, il a été entretenu dans l’évidence de la posture de supériorité, de son caractère naturel, inévitable, imparable, presque serein. On en trouve, la trace par exemple, à la lecture du roman d’Emmanuel Roblès Les hauteurs de la ville, écrit en 1946-47 [8]. Smaïl, le jeune algérien héros du récit, vit dans l’extrême douleur son rabaissement, son avilissement. Qui nourrissent un profond sentiment d’humiliation. Et un immense désir de revanche.

A mon échelle, je peux témoigner dans mes souvenirs d’enfant, de ce sentiment d’humiliation diffus, permanent. Si difficile à nommer !

Comme aux Etats Unis, les différences sociales entre Européens étaient gommées par l’origine commune, sur une base raciale

D’importantes différences sociales traversaient la population des Français d’Algérie. Des quartiers populaires de Bab El Oued, aux villas des hauteurs d’Alger ou aux domaines agricoles de la Mitidja, cette riche plaine fertile qui entoure la capitale, les écarts sociaux étaient immenses. Mais un lien fort unissait les uns et les autres. Celui d’être du côté des plus forts, des dominants, partageant une origine européenne pour l’essentiel.

Même si une convivialité toute méditerranéenne pouvait s’établir dans les quartiers populaires entre eux et la population musulmane, une stricte barrière demeurait. On ne se mariait pas entre Français et Musulmans ! Et ceux qui osaient franchir cette barrière invisible devaient en payer un lourd prix. Un livre en témoigne, qui retrace les mémoires de ma tante, Gisèle Ould Aoudia [9].

Aux derniers feux de la Guerre d’Indépendance, les Français d’Algérie ont défendu leurs privilèges avec une rare violence

Le livre de Sylvie Laurent permet de comprendre la vigueur avec laquelle une majorité de Français d’Algérie a défendu ses privilèges. Elle l’a fait en cherchant à s’opposer à l’inéluctable Indépendance du pays en faisant corps avec l’organisation d’extrême-droite qui allait mettre l’Algérie à feu et à sang pendant les deux dernières années de colonisation, de 1961 à 1962. Et tenter deux coups d’Etat contre la République. Une organisation formée de soldats français félons qui avaient retourné leur arme contre la France, et d’activistes parmi ces Français d’Algérie. A son bilan, des massacres de civils algériens, et de fonctionnaires et soldats français qui défendaient les valeurs de la République. Notamment au « Château Royal ». Où furent assassinés six Inspecteurs de l’Education nationale algériens et français le 15 mars 1962 [10]. (Cf. l’ouvrage de Jean-Philippe Ould Aoudia : L’assassinat de Château-Royal, Éditions Tirésias, 1992.  ==> ICI)

Finalement, ces violentes convulsions portées par l’organisation d’extrême droite ont entraîné le départ des Français d’Algérie. Un départ vers la France dans la peur, la précipitation et le chaos en juin 1962.

La crainte de la perte des privilèges a été d’autant plus forte qu’ils étaient perçus comme « naturels »

Durant les 130 années de colonisation, ces privilèges, comme ceux des Blancs américains, semblaient naturels, allant de soi, non questionnables. Des privilèges adossés à la loi qui instituait l’apartheid, et à la force des autorités françaises qui en assurait l’application. Unifiant dans cette défense de leur « patrimoine racial » commun, comme aux Etats Unis les Blancs, riches propriétaires (de terres spoliées aux Algériens) et petits Blancs des quartiers populaires d’Alger, d’Oran, de Constantine…

Dans la violence et les discours des « ultras » de ces Européens défenseurs envers et contre tout de « l’Algérie française », on retrouve beaucoup de similitude avec les postures et positions des suprémacistes blancs et autres activistes de l’extrême-droite américaine. Notamment ceux qui ont envahi le Capitole début janvier 2021 à Washington.

Comme aux Etats Unis pour les Noirs dans leurs relations aux Blancs,

le maintien des « Musulmans » en situation de domination juridique était la condition de la domination symbolique des « Européens » dans l’Algérie coloniale. Et cette domination était garantie et protégée par la France. Cette situation s’est maintenue jusqu’à l’Indépendance acquise de haute lutte en 1962, portée par le grand mouvement planétaire qui a fait tomber les empires coloniaux.

Contradictions à Washington comme à Paris… Amsterdam, Madrid

La nation américaine s’est instituée comme nation civique basée sur un contrat social universel. Alors que dans le même temps, elle mettait la ségrégation raciale au cœur de sa formation. On voit aujourd’hui qu’elle n’est pas sortie de cette contradiction, comme l’a montré Sylvie Laurent dans son ouvrage.

Cette contradiction a été vécue par tous les pays coloniaux. Au XVII° siècle [11], les Hollandais de l’Age d’Or vivaient ce double standard. Ils étaient, en Europe, à l’avant-garde de l’éclosion des libertés politiques et de l’esprit critique. Dans le même temps, ils organisaient en Indonésie (les « Indes orientales » d’alors) des déportations massives de Chinois qu’ils réduisaient en esclavage dans les plantations d’épices. [12]

Au début du XIX° siècle, les Espagnols se soulèvent contre les troupes de Napoléon qui ont envahi le pays. Goya immortalise cette résistance dans son célèbre « Tres de Mayo ». Au même moment ,  le Royaume d’Espagne réprime avec sauvagerie les insurgés vénézuéliens qui se battent pour se libérer de la colonisation espagnole. Bolivar mène la lutte d’indépendance. Emmanuel Roblès, dans la pièce de théâtre Montserrat, rapporte un épisode de cette lutte (sur Montserrat, voir ==> ICI ).

La ségrégation au cœur de la colonisation française
« El Tres de Mayo » Francisco de Goya

En France, même contorsion. Entre la prétention d’incarner les Droits de l’Homme à portée universelle, et la réalité de sa politique coloniale au long des siècles, fondée sur la domination et la ségrégation juridique.

Aujourd’hui, on feint de découvrir en France que cette histoire coloniale française n’est pas apaisée dans les imaginaires. Les réactions au Rapport de Benjamin Stora sur l’état des lieux de la mémoire franco-algérienne, remis en janvier 2021 au Président français, témoignent, dans leur violence et leurs contradictions, de l’intensité des conflits mémoriels qui couvent dans la société française.

Racisme et héritage colonial

Cette non-résolution provoque des effets qui se prolongent dans les générations actuelles. Notamment par un racisme diffus à l’encontre des populations issues, à une ou deux générations, des pays de l’ex-empire. Des générations pour une large part nées en France. Un racisme qui trouve son inspiration dans l’imaginaire de domination hérité essentiellement de la période coloniale. (voir ==>  ICI)

Mais aussi de la perte d’influence de la France dans le monde. Et de la dégradation de son image dans les sociétés arabes et en Afrique sub-saharienne.

Comme aux Etats Unis, le sentiment de perte de cette domination « naturelle » avive les ressentiments et creuse les blessures identitaires. Et ces ressentiments se combinent, dans de larges parties de la société française, avec ceux résultant d’un déclassement des couches populaires marginalisées par la mondialisation libérale. Blessures identitaires ET sociales se conjuguent ainsi pour aiguiser le racisme dans des pans entiers de la population.

Oui, la « digestion » du passé colonial s’annonce douloureuse en France.

& & &

[1] Des différences structurelles expliquent les configurations de chacun des projets coloniaux. Aux Etats Unis, la puissante vague migratoire en provenance d’Europe a submergé la population native, peu nombreuse. Une population qui vivait de chasse sur d’immenses territoires. En Algérie, les flux de populations venant de France et ceux, encouragés, venant d’autres pays d’Europe du Sud, ont eu en face d’eux une population relativement nombreuse. La surface des terres cultivables était réduite relativement à la surface totale du pays. La domination démographique de l’Algérie par les colons n’a jamais pu être envisagée.

[2] Sylvie Laurent fait une incursion dans le cas Sud-Africain. Elle évoque, au-delà des Etats Unis, les anciennes colonies de peuplement de l’Angleterre (Australie, Canada, Afrique du Sud mais aussi Zimbabwe). Dans tous ces pays, la violence coloniale de conquête, spoliations, massacres a été présentée comme la défense des Blancs contre les populations indigènes dites « sauvages ». En un retournement faisant des agresseurs les agressés !

[3] Le comble de l’absurde est atteint avec l’appellation de « Musulmans chrétiens ». attribuée par l’Administration française aux Algériens convertis au christianisme.

[4] Dans la phraséologie coloniale, on appelait « Algériens » tous les habitants de l’Algérie. Quelle que soit leur origine. Cette appellation n’avait aucune portée juridique.

[5] Mon grand-père Boudjemâ Ould Aoudia avait acquis la nationalité française en 1920. Elu délégué de la région de Michelet (Aïn El Hammam aujourd’hui) en Kabylie, il siégeait dans le Second Collège.

[6] Notamment les insurrections de Fatma N’Soumer en 1854 (voir ==> ICI), de Mokrani en 1871 (voir ==> ICI), de Margueritte en 1901 (voir  ==> ICI), de Sétif, Guelma et Kherrata en 1945 (voir == > ICI). Avant l’embrasement de 1954 qui allait conduire à l’Indépendance en 1962.

Sur l’insurrection de Margueritte, voir L’aube d’une révolution : Margueritte, Algérie, 26 avril 1901, Christian Phéline, 2012

[7] En 1889, le taux de scolarisation de la population indigène est de 2%. Il sera de 9% en 1930 et de 15% en 1954. Voir Fanny Colonna, Instituteurs algériens, 1883- 1939. Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1975. Voir aussi Antoine Léon Colonisation Enseignement et Education, Etude historique et comparative. L’Harmattan, 1991.

[8] Sur Emmanuel Robles, voir ==> ICI

[9] Vie d’une Pied-noir avec un indigène – Carnet d’Algérie, 1919-1942 de Jean-Philippe Nottelet (2017) (voir ==> ICI)

[10] Cet assassinat intervint 3 jours avant la signature des Accords d’Evian (18 mars 1962). Des Accords qui mettaient fin aux 8 années de Guerre de libération.

[11] Sur l’âge d’or hollandais, voir ==> ICI

[12] Kavalam Madhava Panikkar, L’Asie et la domination occidentale du XVe siècle à nos jours. Paris, Le Seuil, 1957. Traduction de Asia and Western Dominance. Londres, 1953.


© 2020 Jacques Ould Aoudia | Tous droits réservés

Conception | Réalisation : In blossom

© 2020 Jacques Ould AoudiaTous droits réservés

Conception | Réalisation : In blossom