« La gouvernance dans tous ses états. Économie politique d’un processus endogène » (2008)

« La gouvernance dans tous ses états. Économie politique d’un processus endogène »  J. Ould Aoudia et N. Meisel in ‘La Gouvernance Démocratique, un nouveau paradigme pour le développement ?’ – MAEE – Éd. Karthala – Paris, 2008.

Nous vivons aujourd’hui la fin de la domination absolue sur le monde d’une poignée de pays européens et de leur descendance nord-américaine.
Pour la première fois depuis quatre cents ans, ces pays perçoivent que le monde échappe à leur emprise totale avec l’émergence de nouveaux et puissants acteurs, et les effets déjà ressentis de cette émergence sur le reste des pays en développement. L’ère post-coloniale est bien terminée, qui mettait en regard un centre développé et une périphérie en développement.
Ce mouvement est d’une ampleur gigantesque dans ses conséquences sur les nouveaux modes de fonctionnement du monde. Nous n’en prenons pas encore toute la mesure.
Comment les pays du Nord appréhendent-ils l’émergence de ces nouveaux acteurs ? Les outils d’analyse élaborés et portés par les pays développés et les agences multilatérales et bilatérales n’ont rendu compte jusque-là ni des décollages économiques qu’ont connus certains pays en développement d’Asie ni des blocages de la croissance qui affectent la grande majorité des autres pays en développement. Les pays d’Asie de l’Est qui ont entamé leur décollage économique dans les cinquante dernières années ont en effet élaboré et appliqué des démarches qui ne répondent pas au cadre d’analyse standard de libéralisation et de « bonne gouvernance », tandis que les pays qui s’y sont le plus conformés, notamment en Amérique latine, en Afrique, dans le monde arabe, etc., sont restés piégés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.