Georges-Larbi OULD AOUDIA raconte la prise de Ghât en Libye par l’armée française, en 1943.

Ghât est une oasis au Sud-Ouest du territoire libyen, qui était occupé par les Italiens pendant la Seconde Guerre Mondiale. Une ancienne médina se tient au cœur de la palmeraie.

Oncle Georges-Larbi, mobilisé comme médecin militaire dans l’armée française, est envoyé en 1942 à Djanet, dans le Sud-Est algérien, à une soixantaine de kilomètres à l’Ouest de Ghât, de l’autre côté de la frontière algéro-libyenne.

L’armée, accompagnée de son médecin militaire, part de Djanet pour attaquer l’oasis de Ghat. Elle progresse en dromadaires dans les chaos rocheux (aux splendides peintures rupestres), escalade la falaise, et accède aux étendues plus plates qui entourent l’oasis, quelle encercle rapidement. La garnison italienne semble tenir solidement la place.

Pendant le siège, un « soldat français », en fait, un algérien, est blessé par la chute d’un dromadaire. Les italiens qui observaient la scène à la jumelle, envoient un émissaire avec drapeau blanc, pour proposer de soigner dans leur hôpital le blessé. L’officier français commandant la troupe refuse, comme il se doit. Le blessé, avec de multiples fractures, est acheminé à dos de dromadaire vers Djanet, au prix d’un trajet très éprouvant. Mon oncle accompagne le blessé à Djanet où il sera soigné.

Au bout de quelque temps, les soldats français observent une certaine agitation du côté de la ville. En bons stratèges, ils comptent sur l’épuisement des réserves d’eau des combattants et des habitants pour conquérir la ville. C’est ce qui arrive. Les Italiens se rendent.

Ils sont traités avec les honneurs de la guerre. Les Français découvrent la modernité de leur intendance : ils avaient des rations alimentaires venant d’Italie, lyophilisées…. mais pas d’eau pour les reconstituer.

Et voilà comment Ghât fut prise par l’armée française, sans un coup de feu, c’était le 23 janvier 1943.

Ci dessus, le désert du Tassili, entre Djanet et Ghât. Photo prise en avril 1974.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *