Overdoses, Laboratoires pharmaceutiques et Gangs de la drogue

USA, 2018. Les morts par overdose sont en forte augmentation. Ils ont atteint le nombre de 64.000 en 2017, soit plus que les décès provoqués par les accidents de la route et les meurtres par armes à feu réunis (source RFI, août 2018).

La cause de cette augmentation ? Un enchaînement de pressions privées et de décisions publiques. Dans les années 90, les laboratoires pharmaceutiques font pression sur les politiciens et obtiennent que des programmes « anti-douleur » soient développés à grande échelle. Cela tombe bien, les laboratoires ont justement un médicament fortement opiacé qui calme la douleur… et qu’ils prétentent sans risque de dépendance.

Le programme se développe, mais voilà, les médicaments ne sont pas sans entraîner, comme promis, une forte dépendance. Les laboratoires pharmaceutiques ont menti, en falsifiant des études scientifiques. A l’arrêt du traitement, les patients, rendus dépendants, se jettent sur l’héroine. Cela tombe bien, les gangs de la drogue ont identifié les villes où ce traitement avait connu le plus grand succès et investissent ces lieux pour fournir la drogue demandée aux ex-patients en manque.

Le tour est joué ! La consommation de drogue augmente à mesure que celle des médicaments diminue, et se répand dans la population jeune bien au-delà des premiers consommateurs de ces médicaments. Les doses sont de plus en plus fortes, les gangs de la drogue font aussi dans la chimie et ajoutent des substances de plus en plus puissantes, la dépendance augmente…. Les overdoses se multiplient fortement.

Dans les villes les plus atteintes, une génération d’hommes et de femmes comprise entre 15 et 45 ans est décimée. Le programme anti-douleur avait principalement ciblé les ouvriers faisant des travaux physiques éprouvants, causant de fortes douleurs articulaires. Ce sont eux qui ont été les principales victimes de cette sinistre collusion entre politiciens et dirigeants des laboratoires pharmaceutiques. Aujourd’hui, les grand-mères élèvent les enfants de ces personnes entraînées dans cette sinistre aventure, soit qu’ils soient incapables de le faire, soit qu’ils soient morts.

Que faire? 

D’abord, diffuser l’information sur la responsabilité des dirigeants de ces grandes firmes qui mènent les politiciens par le bout du portefeuille. Ensuite, utiliser les moyens légaux et pacifiques à notre main : procès (quand on est suffisamment nombreux et soutenus pour réunir des moyens pour attaquer en justice ces acteurs puissants), mais aussi boycott, comme moyen légal et non violent d’action à l’échelle de masse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *