« Les quatre vies du saule » de Shan SA (courte note de lecture).

Des histoires d’amour, vécues, rêvées, dans la Chine des siècles passés jusqu’à nos jours. L’amour vaincu par l’ambition de ce jeune mandarin, qui touche les sommets du pouvoir à Pékin, avant de sombrer, victime des intrigues de palais. L’amour de ces deux jumeaux dans la Chine des confins du Tibet, entre violences familiales (pieds bandés, concubines, père vengeur, assassin et assassiné) et désirs d’aventure, jusqu’à Pékin pour le garçon, sur les propriétés familiales pour la fille.

L’amour et l’engagement dans les Gardes Rouges lors de la Grande Révolution Culturelle. La mécanique imparable de la mobilisation de ces groupes de jeunes fanatisés et manipulés par le pouvoir central, le travail jusqu’à l’épuisement dans le monde rural, et la brutale déchéance au terme d’un procès inique. Par amour, une jeune femme accompagne ce parcours jusqu’à la mort du héros.

Amour rêvé d’une business-women en vol pour Pékin, épopée héroïque lue dans les nuages qui s’offrent à sa vue depuis les hublots. L’horreur économique contre les rêveries romantiques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *