Le sens des noms et des prénoms

Le sens des noms et des prénoms

En Chine, on peut donner aux filles des prénoms de fleur (voir l’excellent roman « Fleurs de Chine » de Wei Wei).

Dans les pays scandinaves et les pays arabes, les noms marquent la filiation. On porte le nom de ‘fils de’ : Samuelson, Johnson, Williamson, Erikson…, fils de Samuel, fils de John, de William, d’Erik. Benhalima, Benbarek, fils de Halima, fils de Barek, et Ould Dahdah, Ould Aoudia, fils de Dahdah, fils d’Aoudia…

Au Proche Orient, c’est la filiation descendante : on se nomme comme ‘père de’ : Abou Mazen, père de Mazen. Ou bien Oum Keltoum, mère de Keltoum.

Dans les pays arabes, les prénoms peuvent aussi désigner des qualités : Mansour : le victorieux ; Hakim : le sage ; Jamila : la belle ; Warda : la rose ; et les noms quand ils n’expriment pas la filiation, peuvent exprimer le métier. Ainsi, Haddad : le forgeron. Ils peuvent aussi raconter un haut fait : Hagège, c’est le pèlerin.

En France, le nom n’exprime jamais la marque de filiation. Cela peut être un nom de lieu : Dupont pour du pont, Duverger pour du verger, Dupuis pour du puits, Dumont pour du mont… ou d’activité comme dans les pays arabes : Charpentier, Lecourtier, Vigneron ou Levigneron… ou toute autre source…

Que tirer comme enseignement de cette singularité française ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *