Un bref éclair du sentiment d’humanité

Hôpital Avicenne, Rabat. Je déambule au sein du parc de l’hôpital, pour un rendez vous de travail. Des patients et leurs familles cherchent leur chemin. Ici et là, des personnels soignants s’affairent. Des ambulances et autres véhicules qui circulent, au pas.

Soudain, je vois un brancard qui s’avance, poussé par deux aides-soignantes. Elles discutent calmement. Allongée, une forme humaine entièrement couverte par un drap. Je comprends qu’il s’agit d’un mort que l’on dirige vers la morgue proche. J’imagine le corps d’une femme ou d’un homme âgé, décharné.

Nos regards se croisent

En face, témoins comme moi, deux femmes en jellaba traditionnelle. Elles ont vu la scène. Nos regards se croisent un court instant. Sans un mot, nous partageons, en un éclair, quelque chose de profond. Je ressens cette « chose profonde » comme l’appartenance commune à l’humanité. Notre sort commun devant la mort par delà nos différences de genre, de pays, de langue…

& & &

Voir aussi cet article traduite en arabe ==> ICI


© 2022 Jacques Ould Aoudia | Tous droits réservés

Conception | Réalisation : In blossom

© 2022 Jacques Ould AoudiaTous droits réservés

Conception | Réalisation : In blossom