D’un manque d’êtres humains à un trop plein d’êtres humains ?

En l’an 1602, les Chevaliers de Malte, conduits par Alonso de Contreras, attaquent par surprise, déguisés en turcs, la ville d’Hammamet, sur la côte Est de la Tunisie. Après avoir enfoncé les portes de la ville, ils capturent femmes et enfants, tuent les hommes et mettent le feu au fort et à la medina. Les vainqueurs de ce coup vendront 700 captifs sur les marchés aux esclaves de Malte et de Sicile.

Hammamet, vue depuis le Fort

Les êtres humains (les femmes et les enfants) avaient une valeur marchande. Ils étaient demandés comme esclaves. Dans cette Histoire, l’ironie cruelle fait des Maltais des importateurs de main d’œuvre en provenance d’Afrique !

Ailleurs, dans le monde, la traite des esclave en provenance d’Afrique Noire battait son plein

, vers les Amériques d’un coté, vers l’Afrique du Nord et les pays arabes du Golfe de l’autre. Sous le statut d’esclave, ces traites avaient deux visées différentes : vers l’Amérique, l’esclavage était principalement orienté vers un projet d’exploitation économique de la terre. Tandis que vers les pays arabes, l’esclavage était orienté plutôt vers la domesticité. On retrouve là la différence entre « nègres de maison » (neg de case) et « nègres des champs » (neg de terre). C’est Malcom X qui a fait cette distinction pour les esclaves déportés aux Etats Unis, les nègres de champ étant employés massivement et très durement dans l’exploitation des champs de coton.

Les colonies de peuplement

… cherchaient à attirer la population d’Europe pour renforcer la domination coloniale. Ainsi en Amérique du Nord et du Sud, en Australie et en Nouvelle Zélande. Mais aussi en Algérie et en Afrique du Sud. L’accès à la terre était assuré, gratuitement aux émigrés européens ! Cela pouvait aussi prendre la forme d’une déportation de prisonniers politiques. Ce fut le cas pour une partie des Communards déportés en Algérie. Mais aussi une partie des révoltés kabyles vers la Nouvelle Calédonie lors des soulèvements conduits par Mokrani en 1871. Là encore, on manquait d’hommes et de femmes pour peupler la terre.

Plus près de nous

…et jusqu’à la fin des années 1960, des recruteurs venaient chercher des jeunes berbères de l’Atlas marocain pour les embaucher dans les mines et la sidérurgie en France, en Allemagne, aux Pays Bas dans le cadre d’Accords de main d’œuvre signé entre ces pays et les autorités marocaines. Torse nu sur la place du village, les jeunes étaient sélectionnés sur critères de bonne santé physique (!). La Guerre Mondiale avait créé un manque de force de travail au regard des enjeux de la reconstruction. Initialement, ces jeunes partaient pour gagner de l’argent et revenir… Ils sont restés en Europe. Quand celle-ci a fermé ses frontières à partir du milieu des années 70, ils ont fait venir leur famille et ont fait souche.

Aujourd’hui,

une petite partie des jeunes du continent africain tente de rejoindre l’Europe, les Amériques… Au sud du Sahara, les mobilités sont intenses entre les pays. Le chaos en Libye, créé par l’intervention occidentale de 2011 (merci à Sarkozy), a transformé ce pays d’immigration en pays de transit pour l’Europe. Tandis que les armes libyennes diffusées au Sud du pays ont étendu l’insécurité et le terrorisme aux pays du Sahel, provoquant aussi des migrations internes et externes.

Partout, l’impression domine : les êtres humains sont devenus surnuméraires, non désirés, leur « valeur » a baissé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.