Rapports Nord-Sud : aide au développement du Sud ou aide à la sécurité du Nord ?

Rapports Nord-Sud : aide au développement du Sud ou aide à la sécurité du Nord ?

De plus en plus, les actions du Nord en direction du Sud ont pour principal argument la sécurité. La sécurité de qui ? À première vue, la sécurité des populations du Sud, prises dans les multiples conflits violents qui agitent des sociétés broyées par le déferlement de la modernité sans médiations endogènes, une modernité prise dans sa dimension marchande pour l’essentiel.

Alors ? Faut-il intervenir au Mali et en Centre Afrique comme l’a fait l’armée française en 2013, pour « sauver la société malienne du déferlement islamiste » et pour « séparer les belligérants centre-africains », et avant ces intervention, en Côte d’Ivoire ?

En février 2002, lors d’un séminaire du HCCI visant à faire émerger une position de la ‘société civile’ à soumettre aux candidats à la présidence française, séminaire tenu dans la salle haute du Musée des Arts Premiers de Branly, j’avais rencontré Achille Mbembe. Il avait dit : « l’intervention de la France en Côte d’Ivoire n’a pas accéléré le retour à la paix dans la société ivoirienne. Elle a seulement privé ses membres de la tâche de régler par soi même ses différends, c’est dire qu’elle n’a rien réglé du tout ». J’avais été très intéressé par cette intervention, écoutée en silence, mais qui était tombée à plat dans l’assistance.

Plus tard, questionnant un diplomate français sur ce point, celui-ci m’avait répondu que ces interventions étaient nécessaires parce que laisser un Etat s’effondrer, comme en Somalie, permettre que des zones de non-droit s’installent durablement, revient à créer des sanctuaires pour tous les terrorismes, tous les trafics, toutes les déviances. Et cette dégradation retentit directement sur la sécurité des sociétés du Nord.

Aujourd’hui, je persiste à penser que Achille Mbembe a raison : régler de l’extérieur des différends n’est pas possible et surtout, empêche les acteurs concernés de prendre leurs responsabilités pour assumer conflits et règlements des conflits, aussi cruels, destructeurs et interminables soient-ils. La guerre civile au Liban a duré plus de 15 ans. Elle a été attisée par les multiples interventions extérieures, et la situation plus de 20 ans après est toujours fragile, la violence affleure au moindre dérèglement interne ou externe, et Dieu sait (le Dieu des monothéistes, bien sûr) combien cette région est sujette aux tensions. Alors, les pays du Nord ne doivent-ils pas se protéger des effets de ces guerres ?

Mais on peut se poser la question suivante à propos des conflits au Sud : « Pourquoi les conflits entre parties du Sud se retournent-ils contre le Nord ? » Pourquoi tant de ressentiments de la part de fractions de populations du Sud contre le Nord ?

Travailler à la sécurité des sociétés du Nord, ce qui est tout à fait légitime, devrait consister à tenter de répondre à cette question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.