Les rejetons de mai 68.

Réponse à une question de Léa, décembre 2015.

Léa, 20 ans, m’interpelle sur mai 68 : »Qu’en est il sorti ? Que reste-t-il de ce mouvement dont on parle tant ?  » . Je lui répond que ce moment d’histoire de la société française a accéléré l’émergence de quatre mouvements d’idées qui ont modifié en profondeur les imaginaires sociaux, à l’oeuvre aujourd’hui :

    • Le mouvement marxiste dans son chant du cygne, à l’agonie aujourd’hui. J’ai participé, de 1968 à 1978, à cette aventure, dans les rangs de l’organisation trotskiste LC puis LCR. Sans regrets pour mon engagement, pour tout ce que j’ai appris sur le monde, sur l’histoire du mouvement ouvrier, sur l’analyse politique des rapports de force, sur le jeu des acteurs dans les organisations, sur une vision mondiale des enjeux politiques actuels, également sur l’espace de la ville le temps des manifestations… Mais aussi pour la camaraderie, pour les rencontres, pour l’ouverture internationale, pour la défense des causes perdues. Avec le sérieux regret d’avoir été aveugle sur la montée des vrais dangers : la pensée libérale qui allait s’emparer du monde progressivement à partir de la fin des années 70.
    • Le mouvement sociétal-libertaire, largement représenté dans sa version soft par les couches moyennes urbaines, les lecteurs de ‘Libé’ (‘Libération’). Un mouvement qui s’est investit dans (ou qui se fait représenter par) la social-démocratie. La moyenne bourgeoisie ‘branchée’, qui fait partie des gagnants de la mondialisation (sur un mode mineur), a soutenu la libération de la femme, des homosexuels, le PACS, le mariage pour tous… C’est ce courant qui a accéléré le détricotage sociétal de nos sociétés : toujours plus de libertés, toujours plus de droits, mais pas un mot sur les responsabilités, sur les devoirs associés à ces droits. Et on détourne la tête des droits sociaux !
    • Le mouvement néo-libéral qui a fini par triompher, après avoir construit une base intellectuelle (Hayek, Friedman), conquis des leaders politiques (Thatcher, Reagan, puis bien d’autres), imposé une forme d’Etat outrageusement capturé par les grandes firmes, détruit les pouvoirs des Etats sur leurs espaces territoriaux, ruiné les finances publiques en socialisant les pertes des banques notamment, mobilisé des relais d’opinion pour maintenir une démocratie formelle (élections, pluripartisme, liberté plus ou moins contrôlée de la presse, liberté de création d’organisations…). Les économistes comme producteurs d’idéologie ont été dans leur immense majorité les pourvoyeurs de fumée légitimant ce mouvement, apportant des « justifications scientifiques » à la dérive des inégalités. C’est ce courant qui a largement entamé le détricotage social de nos sociétés, avec ses relais institutionnels à l’OCDE, au FMI, à la Banque mondiale….
  • Un rejetons tardif, indirect et vigoureux : l’extrême droite xénophobe, puisant, au sein de chaque pays européen dans ses racines historiques profondes, et trouvant dans les exclus de la mondialisation de larges relais au sein de chacune des sociétés. La désignation de l’étranger comme cause de tous les maux est un phénomène classique qui fonctionne à plein régime avec l’effondrement de la pensée progressiste et le triomphe du libéralisme pourvoyeur d’exclusion sociale et identitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.