« La voix du peuple, c’est la voix de Dieu ! »

« La voix du peuple, c’est la voix de Dieu » novembre 2015 (RFI)

Cette phrase, entendue lors des manifestations d’opposants contestant l’élection à la Présidence du candidat sortant en Haïti, est une magnifique illustration de la réinterprétation de l’emprunt étranger (la démocratie) dans les catégories propres à la société haïtienne.

Une interprétation qui revient à une inversion totale du concept : la transcendance (la voix de Dieu) mise au service de la démocratie (la voix du peuple) pour conforter la légitimité de l’opposition aux résultats des élections, qui est, de fait, opposition au processus même de dévolution du pouvoir par les élections !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.