Quelques questions simples pour y voir clair dans la confusion actuelle sur la politique publique en France vis-à-vis du Covid-19

Dans le magma des prises de positions actuelles et des polémiques, on sent que des enjeux politiques, des enjeux d’image, des enjeux financiers, se mêlent dans la plus complète obscurité. Cela ajoute à la confusion, au chaos dans les têtes, à la méfiance vis-à-vis des institutions politiques, médiatiques, médicales…

Et finalement, cela accroît l’angoisse individuelle et collective, qui peut déboucher sur la peur et la haine, grosse de violence.

Dans ce chaos des questions claires émergent à ce stade :

  • Pourquoi l’absence de moyens de base  en France ? Masques, gants, combinaisons ? Qui a pris les mauvaises décisions et pourquoi ?
  • Pourquoi l’absence d’instruments respiratoires ? Qui a pris les mauvaises décisions et pourquoi ?
  • Pourquoi n’avoir pas profité de l’expérience coréenne ? Et notamment, pourquoi pas de dépistage à échelle plus large ?
  • La décision de confinement généralisé n’a-t-elle pas été prise pour masquer les déficits de matériels ? Et si oui, pourquoi une telle décision si tardive ?
  • Sur le traitement médical par la chloroquine, qu’est ce qui se dissimule derrière le méli-mélo des décisions des autorités et des déclarations contradictoires qui fleurissent ici et là ? Quels sont les enjeux : politiques ? Financiers ?

Nous avons tellement perdu confiance dans les paroles des décideurs publics que nous ne savons plus qui croire dans cette affaire.

Sur le long terme, nous n’avons pas de question, mais une certitude

La destruction de l’hôpital public est organisée depuis 30 ans, alors que la population totale augmente. Et en son sein, la part des personnes âgées qui nécessitent plus de soins. Cette destruction a été menée avec une constance affligeante. Une obstination adossée à la pensée néo-libérale qui vise à transformer la santé en marchandise (comme la culture, l’éducation, la recherche…).

Covid-19 des questions pour y voir clair
Baisse des lits d’hôpitaux entre 1997 et 2014. On note que la crise financière de 2008 a accéléré ce mouvement. On a sauvé les banques, au prix de l’accélération de la destruction des hôpitaux publics !

Nous avons identifié les responsables politiques qui ont mené cette politique : Sarkozy, Hollande, Macron. Nous mettrons ces dirigeants devant leurs responsabilités le moment venu.


Sur les enjeux sanitaires actuels, voir ==> ICI

Et cet article de Gaël Giraud sur la crise actuelle ==> ICI


© 2020 Jacques Ould Aoudia | Tous droits réservés

Conception | Réalisation : In blossom

© 2020 Jacques Ould AoudiaTous droits réservés

Conception | Réalisation : In blossom