Un point fixe, extérieur à soi. Brève histoire sur Immense croyance.

Un point fixe, extérieur à soi. Brève histoire sur Immense croyance.

Nous allons présenter nos condoléances à la mère de Samira qui vient de perdre son mari (avril 2009). Nous portons, comme la coutume le veut, 12 kilogrammes de sucre en 8 pains d’un kilo et demi chacun. La maison est au fond du derb (ruelle), derrière le souk des tapis. Le sac est lourd à porter !

Nous arrivons à l’improviste, comme il se doit. La fille va préparer le thé, nous attendons dans le salon. La veuve arrive, toute habillée de blanc, comme le veut la tradition, pour quarante jours. On évoque avec délicatesse la disparition du mari. La femme lève les yeux et l’index vers le ciel et invoque Dieu. Une émotion puissante et digne nous enveloppe.

Le mot Allah revient mille fois dans les propos. Le point fixe est bien là, inaccessible et pourtant mille fois invoqué, apaisant parce qu’extérieur et partagé.

Nous sommes là au centre de ce que Marcel Gauchet nomme « l’essence de la religion ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.