Les autorités marocaines ont entrepris de soutenir activement la culture du cactus. Cette plante les « figues de barbarie » en français ou « figues des chrétiens » en arabe dialectal [1]. D’immenses plantations se sont ajoutées aux traditionnelles haies séparant les champs ou soulignant les chemins dans les paysages de la campagne. Les produits issus de cette plante particulièrement adaptée à la sécheresse croissante du pays sont nombreux. Depuis l’huile essentielle tirée des pépins [2] jusqu’au riche complément alimentaire pour les animaux.

Un fléau s’est abattu sur cette plante

Depuis quelques années, un fléau s’est abattu sur ces plantes au Maroc. Au Nord de Marrakech, tous les cactus sont attaqués par un insecte, une cochenille ravageuse qui détruit les plantes.

Au Pérou, on fait de cet insecte une source de richesse

Au Pérou, on élève ces cochenilles pour en tirer un colorant. Et on le fait… sur les cactus qui hébergent ces insectes en se consumant sous leurs assauts. Et on vante les qualités naturelles et biologiques de ce colorant « non chimique ».


Pour en savoir plus sur la cochenille du Pérou ==> ICI

_____________________________________

[1] « kermouss nisrani », littéralement, « figues des nazaréens », ces derniers désignant les chrétiens, qui suivent les enseignements de Jésus de Nazareth. Il y a là, dans la dénomination d’un simple fruit, une parfaite symétrie des représentations du Nord de culture chrétienne et du Sud de culture musulmane.

[2] L’huile essentielle tirée des pépins de ces fruits se vend entre 3000 et 4000 euros le litre.