Les hauteurs d’Alger. Birmandreis, Bouzaréah, El Biar où j’ai revue la maison de mon grand père Boudjema. Ma maison en face du « Fort l’Empereur », mon école. Le bus qui m’amenait au lycée qui s’appelait alors (et jusqu’à l’Indépendance) le Lycée Bugeaud du nom du général conquérant l’Algérie pour la France coloniale. Ce lycée s’appelle maintenant Lycée Abdelkader ! Juste retour des choses.

Photos prises en 2005 et 2007, lors de très courtes missions professionnelles

Le port d’Alger, l’amirauté sur l’île. Celle qui a donné son nom à la ville et au pays. Une île reliée au continent depuis que les algériens ont reconquis leur souveraineté sur ce bout de terre. Un îlot d’où les espagnols défiaient les habitants à quelques centaines de mètres de la ville. Avant que ses habitants n’appellent l’empire turc pour les en délivrer. Les turcs s’y sont alors installés.

voir plus d’informations sur la ville –> ICI

La Place du Cheval !

La grande place en bas de la Casbah où un général français à cheval trônait, conquérant. Mais les algériens appelaient ce lieu « La Place du Cheval ». Une habile façon d’effacer le cavalier dominateur ! C’était l’humour des dominés de l’époque ! Cette place, c’était pour moi le lieu où l’on pouvait acheter une poignée de cacahuètes grillées pour 5 centimes de franc, sur le chemin du lycée. Beaucoup d’émotions à revoir ma ville natale !

Quitter Alger ==> ICI

Vous pouvez laisser un commentaire en bas du tableau des photos. Merci.