Place de la République à Paris. Une métaphore de la « société liquide »

Un ensemble d’animations non coordonnées, de flux qui glissent les uns à coté des autres, parmi les autres, qui s’interpénètrent en un ballet fluide et non organisé dans les circulations, les rythmes, les sons, les intentions, les indifférences à l’autre…

Manif des opposants maliens (élection présidentielle) en cortège qui traverse la place d’Est en Ouest avec banderoles et slogans.

Rassemblement des opposants ivoiriens, qui occupent le coin Sud-Est de la place, avec discours, chansons et rythmes…

Simples passant qui traversent la place…

Rassemblement des soutiens à Lula, en poèmes et chansons au pied de la statue de la République, sous sa main droite portant le rameau d’olivier.

Danseurs en école de dance, au centre de la place, plutôt sur le coté main gauche.

Amoureux qui se sont donné rendez vous ou qui se quittent…

Jeunes en planche à roulette (skateboard) presque partout, mais surtout sur la partie Est de la statue (main gauche) vers le métro Oberkampf…

Jeux de société et d’adresse, près du bloc rouge, des enfants, des parents…

Dans le coin Nord Ouest, l’arbre planté en hommage aux victimes du terrorisme en 2015-2016. Le quartier de République a été particulièrement touché (Bataclan, restaurants proches du Canal St Martin…) Une plaque de cuivre, au sol, commémore ces tragiques événements.

Le miroir d’eau… mais personne pour s’ébattre dans le film d’eau ce jour, il est à sec (et il fait froid)

Café « Fluctuât Nec Mergitur » nommé ainsi à partir d’un graffiti sur un panneau de chantier après les attentats de 2015.

Une image de la société liquide, où les scènes se passent sans laisser de trace, comme une étrave de bateau dont l’écume se dissout rapidement dans l’immensité liquide de nos sociétés.

On est en pleine « société liquide » à la Zygmunt Bauman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.