Rouen, une découverte en photos (clic)

Une ville qui fait penser à Orléans, avec sa grande avenue partant de la Gare et descendant sur le fleuve, la Loire à Orléans, la Seine à Rouen. Qui fait aussi penser à Toulouse avec une rive droite où l’histoire a concentré la ville ancienne, et une rive gauche tout en faubourgs. Aux villes du Nord, de Belgique, avec tant de bâtiments en brique couleur rouge triste…

Mais Rouen, c’est bien sûr la cathédrale immortalisée dans ses lumières différentes par Claude Monet, un somptueux édifice gothique flamboyant avec sa tour lanterne qui culmine à 151 mètres, mais aussi les autres églises qui ponctuent la ville ancienne. Les ravages des Vikings sont oubliés, comme ceux des guerres de religion et de la Révolution française, mais subsistent, très visibles, les blessures de la Seconde Guerre Mondiale : les quartiers proches de la Seine détruits et remplacés par ces reconstructions d’après-guerre si caractéristiques, de Caen au Havre… Pas moins de 7 torpilles largués d’avion touchent la cathédrale en juin et août 1944. Un énorme effort de reconstruction lui redonnera son aspect antérieur. De nombreux bâtiments conservent les traces de ces terribles moments, notamment le Palais de Justice qui les a délibérément conservées (voir photos). On célèbre Jeanne d’Arc pour son procès et son martyr en la ville, mais la place où elle a été brulée a été défigurée par un bâtiment « moderne » sans queue ni tête.

Comme signes distinctifs, il y a bien sûr l’architecture en colombage des maisons bourgeoises du centre ancien, avec des dates qui témoignent de l’Histoire, celle du capitalisme naissant des XVI et XVII° siècle où les riches marchands faisaient fortune dans le commerce maritime. Il y a, plus discrète la mémoire des Vikings, avec cette pierre rappelant les rencontres (sans doute musclées) en 911 entre les violents et téméraires navigateurs nordistes et les habitants de l’actuelle Normandie.

Curieusement, les pierres calcaires des bâtiments sont constellées d’incrustations de silex noirs, que les tailleurs de pierre n’ont pas touché, et qui saillent sur les murs anciens (voir photos).

Le Jardin des Plantes, sur la rive gauche, nous offre de magnifiques ballades sous des séquoias majestueux. Une maison reconstituée abrite un pressoir. Presser quoi en Normandie ? Des pommes, bien sûr !

Venez voir cette belle ville en images en un clic –> Photos de Rouen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.