La quarte augmentée, accessoire du Diable ou du bon Dieu !

La quarte augmentée, accessoire du Diable ou du bon Dieu !

Au Moyen Âge, l’Eglise avait interdit d’utiliser la quarte augmentée (ou la quinte diminuée) dans la musique sacrée (par exemple do/fa#). Cet intervalle de trois tons était nommé Diabolus in Musica (le diable dans la musique) tant il créait une tension émotive forte, une sensation de non résolution tant attendue dans notre écoute de la musique tonale, celle qui est inscrite au plus profond des références culturelles de notre oreille. Il fallait à tous prix écarter toute tentation sensuelle dans la musique d’église !

C’est cet intervalle que l’on trouve au début de l’air « Maria » de West Side Story. Bien d’autres musiques ont utilisé cet intervalle pour toucher au cœur l’émotion des auditeurs.

Récemment, dans un appel à la prière accessible comme application sur téléphone portable, j’ai retrouvé cette quarte augmentée dans la mélodie du muezzin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *