La petite fille du bled qui vient dans la famille de la ville pour s’occuper du bébé qui vient de naître.

La petite fille du bled qui vient dans la famille de la ville pour s’occuper du bébé qui vient de naître.

Dans bon nombre de familles urbaines au Maroc, on a pris l’habitude de faire venir une fillette de 8 à 10 ans pour la naissance d’un enfant dans la famille. La fillette s’occupera de l’enfant, comme elle a appris à le faire avec ses petits frères et sœurs, dans son village natal des montagnes de l’Atlas d’où elle est descendue. Une fois par an, le père de la fillette vient à la ville et passe voir sa fille et toucher son dû (500 Dirhams, soit environ 45 euros, en 1980).

Le sort de la fillette dépend du bon vouloir de la famille d’accueil. Il en est même qui sont envoyées à l’école ! Mais la plupart du temps, elles jouent un rôle de servante, toujours à la disposition du bébé, puis de la mère qui en fait rapidement une bonne-à-tout-faire : ménage, courses, cuisine, lessive, repassage… tout ce qui doit se faire dans une maison.

La relation entre les parents de l’enfant et la fillette sont affectives, avec ce que cela peut supposer de sentiments parentaux, mais aussi d’attitudes de domination. La fillette revient rarement au village. Elle espère trouver un travail dans la ville, une fois qu’elle est devenue jeune adulte et se détache de sa famille d’accueil.

Cette migration interne s’effectue souvent dans l’espace familial au sens large. A chaque période de sécheresse, les familles restées dans les villages envoient en ville, dans la famille élargie, un ou plusieurs enfants. C’est notamment par ce fil que l’exode rural s’effectue, qui suit les fluctuations des pluies.

En 2016, la pluviométrie s’annonce très défavorable au Maroc, les récoltes seront mauvaises. Le cheptel sera aussi durement affecté par le manque de nourriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *