« Foe » de J.M. COETZEE (note de lecture)

 « Foe » de J.M. COETZEE (note de lecture)

Etrange roman dans lequel nous fait plonger Coetzee. Une histoire de Robinson Crusoé revisitée, avec l’arrivée sur l’île d’une femme, Susan Barton, elle aussi naufragée, qui vient troubler le duo entre Robinson et Vendredi.

Une histoire sur l’écriture, sur le langage (qu’est ce que penser veut dire quand aucune forme de langage n’est possible ?), sur les relations entre Nord et Sud dans ses formes les plus brutales (nous sommes au début du XVIII° siècle, Vendredi est un esclave dont on a coupé la langue et le sexe), sur l’amour et la sensualité que Susan incarne à sa façon face à Robinson (Monsieur Cruso) et… à Foe qui débarque dans l’histoire après le retour de Susan et Vendredi en Angleterre. Foe est chargé par Susan d’écrire son histoire de naufragée… mais Foe n’en fait qu’à sa tête. Un récit loufoque aussi, surprenant, déroutant…

L’histoire commence sur l’île où s’échoue Susan Barton, débarquée par des mutins portuguais dans une chaloupe. Cette île, c’est celle que Robinson et Vendredi ont investi depuis leur naufrage, 15 ans auparavent. Susan cherche à comprendre comment Cruso et Vendredi ont vécu tout ce temps, pourquoi ils ont déplacé des milliers de pierres pour transformer toute une coline en terrasses où rien ne poussera, comment ils ont vécu les rapports de domination du maître sur l’esclave, pourquoi celui-ci ne s’est pas révolté, muré dans son silence ? Comment Vendredi a-t-il perdu sa langue et son sexe ? Qui l’a ainsi mutilé ? Toutes questions resteront sans réponse. Un dialogue difficile s’établit alors entre Susan et Foe sur le sens des mots, l’histoire, la filiation, l’écriture.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.