Entendre et comprendre pour pouvoir reconstruire un espoir collectif

Entendre et comprendre pour pouvoir reconstruire un espoir collectif

La période électorale a dévoilé les failles qui fracturent la société française, en écho à celles qui secouent la planète. De sombres craquements s’entendent dans « l’ordre mondial », sous l’effet des gigantesques tensions accumulées ces dernières années, sous les fausses certitudes qui voyaient dans la mondialisation libérale le vecteur infaillible de la démocratie et du progrès.

Et bien non, les choses ne se passent pas ainsi !

  • Au Sud, émergent des acteurs nouveaux, qui s’invitent à la table où l’Occident était le seul à écrire jusque-là les règles du jeu. Des acteurs qui peuvent déployer une violence extrême, ou utiliser les armes du marché pour contester les hiérarchies établies. Les sociétés émergent, et élaborent leur modernité qui ne sera pas la copie conforme de la modernité occidentale. Cette émergence s’effectue dans la douleur, et ce sont le plus souvent les jeunes qui payent le prix des ruptures en cours.
  • Au Nord, les sociétés sont de plus en plus excédées par les agressions sociales et identitaires qu’elles subissent. Depuis la crise de 2008, les mensonges des dirigeants apparaissent au grand jour : les institutions, la presse, sont de moins en moins crédibles. La social-démocratie, censée protéger les sociétés de la brutalité sociale du système, s’est positionnée en défenseur de la finance mondialisée, du libre-échange, de la dérégulation. Les crispations identitaires viennent de cet abandon de la souffrance populaire : c’est Madame Clinton et ses semblables qui ont créée Monsieur Trump et les siens ! (on peut transposer sur la scène française)

Aux poussées autoritaires et xénophobes, s’ajoutent l’inquiétude écologique : le réchauffement climatique est plus rapide que prévu…

Alors ? Alors, il convient d’abord de comprendre, de soulever un coin du voile qui a rendu opaque la situation au point de nous faire perdre le Nord face à ces ruptures. Entendre et comprendre pour pouvoir reconstruire un espoir collectif, un espoir ancré dans les territoires, le local, et ouvert sur le monde, sur les autres.

Le site « Sud – Nord » vise à apporter sa contribution à cet effort de compréhension du monde tel qu’il bouillonne sous nos yeux, par des textes, sérieux ou légers, sensibles, vivants, mais aussi par des images de quelques lieux du monde (peut être votre ville figure-t-elle dans le lot ?)

Un site ouvert à vos commentaires. Je répondrai à tout commentaire qui sera fait d’une façon nominative (mais jamais à un pseudonyme).

                          –> Si un texte, une ballade en photos, vous ont plu, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux FB, Twitter, LinkedIn.

                           –>Vous êtes invités à laisser votre adresse mail pour recevoir les nouveaux textes à paraître (vous ne serez pas submergés de messages).

2 réflexions sur “Entendre et comprendre pour pouvoir reconstruire un espoir collectif

  1. Cher Jacques,
    Peut-être que certains trouveront dans tes propos un « coup de colère ou coup de gueule » comme on dit. mais à le lire jusqu’au bout on se rend compte que c’est plutôt un renvoi à une démarche pour l’action. J’aurai volontiers articulé cela de cette manière : entendre, comprendre pour agir. On est volontairement ou non entre la philosophie de Spinoza et la sociologie de Bourdieu et cela me plait bien.
    Dans tous les cas c’est une écriture heureuse et bienvenue par ces temps, non plus d’incertitudes mais de grandes déceptions. Ainsi va le monde !
    Merci,
    Omar

    • Merci Omar pour ton commentaire. On doit en effet entendre, et voir comment les nouvelles générations s’emparent des nouveaux défis et cherchent des réponses. Il n’est pas sûr que nous puissions leur donner des bons conseils, mais on peut répondre à leurs questionnements, s’ils se tournent vers nous.
      Je te souhaite une bonne Fête
      Amicalement, Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *