Ancré et Ouvert !

« Made for sharing ». C’est le slogan que la ville de Paris a choisi pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024.

Avec ce slogan qui ne résonne en rien à l’oreille de la population parisienne et française, que cherche-t-on ? S’attirer les bonnes grâces des membres du jury dont on suppose qu’ils maîtrisent tous la langue anglaise ? Est-on vraiment sûr que c’est la bonne façon de gagner la bataille de la candidature ?

Mais il y a bien plus : parler anglais, c’est devenu chic ! Cela vous met à coup sûr au-dessus du commun des mortels. Cela vous permet de prétendre accéder à la classe des élites mondialisées qui circulent d’aéroports en aéroports, de séminaire en conférence, de salon professionnel en rendez-vous d’affaires, hors sol et entre soi. Un signe de distinction qui vous écarte du vulgum pecus.

Le rêve ? Faire partie de la couche mondialisée de la population, le plus loin possible de ceux qui sont assignés à un territoire, enfermés dans la langue française, « le béret sur la tête et la baguette sous le bras ! » selon le cliché connu.

Le rêve ? Participer à un HLM ! Une Habitation à Loyer Modéré ? Mais non, vous n’y êtes vraiment pas : c’est un High Level Meeting, bien sûr, une réunion de haut niveau !

Décidément, le syndrome du colonisé s’installe en France, avec cette fascination pour la langue du pays dominant !

La nécessaire maîtrise professionnelle de l’anglais n’implique en rien ce renoncement ! Et finalement, ce slogan dessert la candidature de Paris aux JO de 2024. Il est à la fois détaché de tout ce qui fait le charme et l’attrait de Paris, et fermé à l’immense diversité des langues et des cultures que représente l’idéal olympique, diversité qui se retrouve dans la population parisienne, donnant à Paris son statut de métropole !

Une autre option est possible : choisir un slogan en français, et le décliner dans les langues de tous les pays olympiques, regroupées en un objet visuel mêlant toutes les écritures, toutes les graphies, démontrant par l’image que l’on partage vraiment l’ambition de rapprochement de l’olympisme dans la variété des cultures du monde.

Ancré et Ouvert à la fois !

En ces moments où les lignes de partage des positions politiques se brouillent, où les appropriations des idées les plus inattendues se font jour, il convient de revendiquer la complexité tout en affirmant clairement ses options. Pour se démarquer de l’appropriation exclusive du sentiment national par l’extrême droite, rien de plus simple que de rester ancré dans sa culture, sa langue, son territoire, ancré oui, mais ouvert, ouvert sur le monde, sur les autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *