« Americanah » de Chimamanda Ngozi ADICHIE (courte note de lecture)

« Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie.

Un roman bouquet d’histoires. Une très belle histoire d’amour entre l’héroine Ifemelu et Obinze. Une histoire de négriture : « Je suis devenue noire en arrivant en Amérique », qui court sur tout le texte. Ifemelu tiendra un blog aux USA sur cette question de race : être noire aux USA, que l’on soit afro-américain (descendant d’esclave) ou immigré contemporain d’Afrique. Une histoire de cheuveux crépu et comment faire pour qu’ils ne le soient plus. Une histoire de migration, aux Etats Unis pour Ifemelu, en Angleterre pour Obinze, d’où il se fera expulser après un mariage blanc raté. Une histoire de retour au pays d’origine, avec espoir et peur mêlés. Une histoire de développement au Nigeria, où les détenteurs du pouvoir et de la richesse sont préoccupées par tout autre chose que le développement. Une histoire d’élites africaines perdues dans l’identification au dominant, qui à l’Américain, qui à l’Anglais….

Mais surtout une écriture fine, subtile, profonde, pour décrire les sentiments, les émotions, les impressions à être ici ou là, chez soi ou chez les autres. Une infinie intelligence de la question de soi, de son origine, de son identité confrontée aux autres, comme la migration l’exalte.

Voir aussi ce livre attachant : « L’autre moitié du soleil » du même auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *