A propos de l’engagement de François Hollande… (avril 2016)

A propos de l’engagement de François Hollande de ne se représenter aux élections présidentielles de 2017 que si la courbe du chômage s’inverse significativement.

Je pense à la ‘Loi de Goodhart’, selon laquelle un indicateur statistique (comme le taux d’inflation, les chiffres du chômage…) perd toute signification d’une réalité sous jacente (et devient inutilisatble de ce fait) lorsqu’il devient un instrument politique.

On en a un exemple pendant la période où les salaires étaient indexés sur le taux d’inflation, laquelle était bien plus élevée qu’elle ne l’est aujourd’hui (entre 5 et 10% en France dans les années 70). Le taux d’inflation avait donc un impact majeur sur la vie des salariés, puisqu’au-delà d’un certain seuil,  il déclenchait automatiquement des hausses de salaires. Les syndicats avaient alors contesté les taux d’inflation produits par l’institut officiel de statistique (l’INSEE), au motif qu’il ne représentait pas les dépenses moyennes des salariés. Ils avaient produit leurs propres indices de hausse des prix.

Aujourd’hui, après l’engagement de François Hollande, on imagine les pressions qui peuvent s’exercer sur ceux qui, à l’INSEE, produisent mensuellement les chiffres du chômage ! Ces statistiques garderont elles leur signification et leur rigueur statistique après une telle épreuve ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *